Le dossier des Agrumes

Les agrumes sont originaires du sud-est asiatique et ont été par la suite répartis dans le monde. Le mot ‘’agrumes’’ est un nom collectif qui désigne les espèces utilitaires des genres Cirus Fortunella et Poncirus. Ce sont des arbres de 5 à 15 m de haut, assez souvent épineux, à feuillage dense généralement persistant. Les feuilles, d’un vert foncé à l’âge adulte, sont généralement d’un vert clair dans leur jeune âge. L’arbre a une grande longévité puisque l’on trouve dans le bassin méditerranéen des arbres âgés de plus de 200 ans.

Exigence des agrumes

Climatologie

Température

C’est un des facteurs les plus importants. Les limites nord et sud sont définies par l’isotherme du mois le plus froid (respectivement 10°C et 12°C). Les agrumes supportent des températures peu gélives, les fortes températures ne perturbent le développement des agrumes qu’au-delà de 45°C. On estime les seuils de végétation des Citrus à 12°C et 36°C. L’optimum thermique de croissance se situant entre 22°C et 33°C.

Dans le cas qui nous intéresse, la coloration n’est pas un critère à retenir puisque les fruits sont cueillis au stade tournant. Ils ne peuvent colorer du fait du manque de froid. Mis à part la lime, les agrumes seraient destinés soit au marché local, régional, soit à la transformation.

Pluviométrie

La pluviométrie pourrait être la seule cause limitative du développement des agrumes. La pluviométrie nécessaire au bon développement des agrumes est de 1500 à 2000 mm/an répartis sur 9 à 10 mois. La dose mensuelle utile pour un bon développement des arbres est de 150 à 200 mm/mois durant la période végétative de la floraison à la récolte.

Une période sèche de deux mois, souvent en décembre-janvier met l’arbre en ‘’dormance’’, ce qui permet le déclenchement d’une floraison groupée et évite un trop large étalement de la récolte. A l’heure actuelle, il est malheureusement difficile d’obtenir ces 1500 mm/an.

La première pluie se situe en février, ce qui déclenche la floraison. Souvent elle n’est pas suivie d’autres précipitations, ce qui entraîne une chute importante des fleurs, donc dans certains cas des baisses de rendement par hectare.

L’idéal serait de pouvoir bénéficier de l’irrigation d’appoint, mais cela n’est pas toujours réalisable, du faut du coût ou bien du manque d’eau disponible en suffisance.

Hygrométrie

Bien que n’étant pas limitative, il faut signaler que plus l’humidité est élevée, plus les risques de voir apparaître une multitude de parasites tels que cochenilles, acariens sont élevés ainsi que des lichens qui risquent de former d’épaisses pellicules sur les feuilles, branches et troncs. Ceux-ci peuvent devenir dangereux en ralentissant la fonction chlorophyllienne. De même, une forte hygrométrie permanente entraîne également de nombreux problèmes fongiques (gommose, Phytophtora…).

Sols

La nature physique des sols est beaucoup plus importante que ses qualités chimiques. Le sol doit être profond, perméable, aéré et léger. On insiste beaucoup sur la profondeur. Le pivot des agrumes peut descendre selon les porte-greffes jusqu’à 1,5 m. Lorsque les plants ont à subir une longue saison, et que le sol est profond et correctement travaillé avant plantation, les racines puiser en profondeur l’humidité manquant en surface.

La perméabilité a également une grande importance, les agrumes sont très sensibles aux excès d’eau, la nappe phréatique ne doit pas remonter à plus de 0,80 à 1m. Toute stagnation des racines avec un excès d’humidité risque de faire apparaître des attaques de Phytophthora des racines ou du collet.

La nature physique d’un sol a agrumes doit se tenir autour de :

* Argile : 5 à 25 %

* Sable grossier  : 40 à 65%

* Sable fin +limon : 10 à 20 %

* Calcaire : 5 à 10%.

Quant aux propriétés chimiques, on recherchera de préférence des sols fertiles, les agrumes sont très exigeants en éléments fertilisants, et plus particulièrement en Azote dont ils sont gros consommateurs (1 kg d’azote par arbre, adulte/an), le PH dont se situer autour de 6 à 6,5.

Plantation des agrumes

Plantation des agrumes

Piquetage :

Le tracé de la plantation se fera très soigneusement en veillant au bon alignement des jalons aussi bien dans le sens des lignes que dans les diagonales ou les perpendiculaires. Le piquetage intervient après tous les travaux d’ameublissement du sol (en cas de préparation mécanique) ou avant trouaison (plantation manuelle).

Pour ne pas perdre le bénéficie de ces alignements, au moment de la trouaison on repérera les emplacements au moyen d’une règle à planter et de deux petits jalons placés de part et d’autre de l’emplacement définitif.

Densité de plantation :

Suivant les espèces, les variétés et les altitudes, les distances de plantation varient :

  • Oranger : 7 x 5 m
  • Mandariniers : 6 x 4 m
  • Limettier, Citronnier, Pomelos : 6 x 8 m.

Approvisionnement en plants :

Les arbres ont été commandés depuis d’un an chez un pépiniériste et les choix de porte-greffes et de variétés ont été effectués à ce moment-là avec l’aide d’un technicien. Quelques jours avant la date prévue pour la plantation, on prendra livraison des plants en ayant soin de prendre certaines précautions.

  • vérification des variétés et des porte-greffes,
  • homogénéité du matériel végétal,
  • humidité suffisante de la motte (afin d’éviter des ruptures de racines au transport),
  • transporter les plants dans un véhicule couvert afin d’éviter le dessèchement par le vent,
  • stocker les plants près d’un point d’eau dans les mêmes conditions d’ensoleillement que la pépinière en veillant à leur arrosage (des plants stockés à l’ombre sous un arbre par exemple pendant quelques jours supporteront plus difficilement l’ensoleillement et le choc de la plantation).

Le jour de la plantation on distribuera les plants sur le terrain au fur et à mesure des possibilités de mise en terre.

Les variétés des Agrumes

Il existe une multitude de variétés d’agrumes de par le monde, les énumérer toutes ne serait pas souhaitable car dans le zone considérée juste une faible partie peut être cultivée avec des chances de succès. Mais cela n’est pas une raison pour ne pas introduire les nouvelles variétés et les tester.

Le citronnier

Eurêka

Est originaire de Los Angeles d’un semis effectué en 1858 de graines en provenance d’Italie. Les fruits, généralement rassemblés en bouquet à l’extrémité des rameaux, sont de taille moyen et ont quelquefois une peau un peu rugueuse.

Le limettier

  • Citrus aurantifolia (lime) variété Mexicaine

C’est une des formes les plus acides, elle est surtout cultivée pour la production d’huile essentielle, mais on la consomme aussi en frais dans les régions chaudes où elle remplace le citron. Les fruits sont petits, sphériques, et ont une peau fine et lisse Ils renferment de nombreux pépins. En raison de son degré de polyembryonie élevé, elle est une des espèces d’agrumes le plus largement multipliées par semis.

  • Citrus latifolia
  • variété Tahiti

Il doit son nom à sa provenance de Tahiti, lors de son introduction aux USA à la fin du siècle dernier, mais son origine exacte obscure. Le fruit (ovoïde à maturité) de la taille d’un petit citron, est asperme. La pulpe a les caractéristiques de celles des limes à petits fruits bien qu’elle soit légèrement moins acide et moins parfumée. Les fruits sont généralement commercialisés verts.

Le mandarinier

La grande diversité de ses formes est encore la cause d’opinions très divergentes au sujet de sa classification. SWINGLE a regroupé tous les types de mandarinier sous l’espèce Citrus reticulata. En ce qui concerne leurs caractéristiques horticoles, les variétés de mandarinier se distinguent aussi par leur diversité.

  • Satsuma

Très précoce, maturité précédant celle des autres agrumes. Citrus unshiu, originaire du japon, le mandarinier satsuma étant l’espèce la plus résistante au froid. Les fruits sont consommés en frais.

  • Le mandarinier méditerranéen

Cette espèce ne comprend pratiquement qu’une seule variété qui est la mandarine commune (Cirtus deliciosa) désignée sous différentes appellations suivant le lieu de culture (Avana en Italie, en Egypte, Willow Leaf aux USA). Le fruit de forme sphérique, aplati aux deux pôles. Peau fine, non adhérent, lisse et coloré en ‘’jaune orange à maturité. Axe creux. Pulpe orange clair, juteuse, tendre, très agréablement parfumée, nombreux pépins.

  • Citrus reticulata Blanco

Toutes les formes de mandarines autres que celles de Citrus unshu mobilis et deliciosa ont été introduites dans l’espèce Citrus reticulata qui est, par conséquent, très variée. On y trouve des mandarines à peau adhérente (Murcort, Ellendale mais aussi Beauty) et la Clémentine.

Le clémentinier est la meilleure variété précoce de mandarine.

Ses fruits, qui mûrissent peu de temps après ceux de satsuma, sont de forme variable mais généralement aplatie du côté de l’apex et arrondie à la base. La peau brillamment colorée en orangé est finement granitée.

La pulpe de couleur orange foncé est juteuse, tendre et parfumée. Le fruit est normalement asperme et les pépins monoembryonnés.

  • Mandarine Dancy

Originaire de Floride, le fruit de forme aplatie a piriforme est dans son aire d’origine remarquablement coloré en rouge. Variété très fructifère, mais a tendance à saisonner. Intérêt modéré pour la zone.

Mandarine d’origine hybride

Fairchild : Clémentine X Tangelo Orlando, précoce et de bonne qualité.

Fortune : Clémentine X Dancy, variété tardive sans grand intérêt

Frémont : Clémentine X Ponkan, résultats sensiblement identiques à Fairchild mais très spermées

Kara : Satsuma ‘’Owan’’ X mandarine ‘’King’’, variété tardive à gros fruits

Kinnow : Mandarine ‘’King’’ X Mandarine ‘’Commune’’, variété de demi-saison

Nova : Clémentine X Tangelo Orlando, maturité précoce

Osceola : Clémentine X tangelo Orlando, précoce

Page : Tangelo ‘’Mimneola’’ X Clémentine, de maturité précoce et de bonne qualité.

Tangors : Hybrides de mandarinier et d’oranger, le plus connu étant le Tangor Ortanique découvert à la Jamaïque provenant de la contraction de orange tangerine unique. Les fruits sont légèrement piriformes et possèdent parfois, un petit navel. L’épiderme est un peu épais et fortement adhérent à la pulpe. Il s’agit d’une variété tardive qui possède une excellente aptitude à la conservation.

Tangelos : Hybride de mandarinier et de pomelo ou de pamplemoussier. Parmi les nombreuses variétés de tangelo, deux se distinguent en raison de leur importance.

Orlando : Hybride de pomelo ‘’Duncan’’ et de mandarine ‘’ Dancy’’. Les arbres ont des feuilles vertes tendres caractéristiques par leur forme incurvée su la face supérieure (forme de cuiller). Les fruits légèrement piriformes sont d’un calibre modeste (135g) et possèdent un épiderme fin et lisse adhérent et de maturité précoce.

Minneola : Hybride de pomelo ‘’Duncan’’ et de mandarine ‘’Dancy. Gros fruit bien coloré dans son aire d’origine, caractérisé par la présence d’un ‘’col’’. Peau fine, lisse, pulpe tendre, juteuse, parfumée, maturité moyennement tardive.

L’oranger

Citrus sinensis est de loin l’espèce du genre Citrus la plus importante. La clarification horticole des orangers peut se faire sur la base de différents types de caractères généralement on distingue 4 groupes :

  • les oranges blondes navels,
  • les oranges blondes,
  • les oranges sanguines,
  • les organes sans acidité.

Les oranges blondes navels

Ce groupe se différencie des autres par deux caractéristiques bien distinctes au moins :

  • présence au sein de l’apex d’un petit fruit rudimentaire appelé ‘’navel’’,
  • aspermie très marquée du fait de la non-viabilité de la plupart des ovules et de l’absence de pollen fonctionnel.

Les oranges navels sont aussi remarquables par leur précocité, leur bonne gustative, la texture croquante de la chair et la facilité avec laquelle ont les pèle et on sépare les quartiers.

Les ‘’navels’’ sont médiocrement adaptées aux régions tropicales, subtropicales et aux climats désertiques.

Les variétés les plus connues sont : Washington navel, Thomso, navel, Navelate

Les oranges blondes

Outre les blondes fines, on classe dans ce groupe les ‘’communes’’

  • Cadenera : le fruit sphérique est de taille moyenne. La pulpe est de texture très fine, juteuse, normalement sans pépins et d’excellente qualité. Maturité moyennement précoce.
  • Hamlin : variété précoce, peu spermée, vigoureuse, très productive. Difficultés de la mener correctement.
  • Pineapple : orange de semi-saison, spermée d’excellente qualité. Une des variétés les plus rencontrées
  • Valencia late : parmi les variétés d’oranger, ‘’Valencia, late’’ est non seulement la plus tardive mais aussi celle qui a les plus grandes facultés d’adaptation. Elle réussit dans une grande gamme de climats qui comprend ceux des zones côtières, intérieures et désertiques des régions subtropicales et tropicales. En, raison de ces qualités exceptionnelles, c’est de loin la plus importante variété d’oranger. Le fruit, de forme sphérique, est de grosseur moyenne. La peau, du fait de la tardiveté de la variété, peut reverdir sur l’arbre, est lisse et moyennement épaisse. La pulpe est juteuse, acidulée et pratiquement sans pépins. Très BONNE TENUE EN FRIGO.

Les oranges sanguines

Les oranges sanguines ne se distinguent des blondes que par la présence des pigments anthocyaniques dans l’épiderme et la pulpe (quant les conditions climatiques permettent leur formation). Peu intéressantes pour la zone du fait de leur non-coloration.

  • Le pomelo: Citrus paradis est la seule espèce qui ne soit pas originaire du sud-est asiatique, puisqu’elle est apparue aux Antilles.
  • Marsh: C’est la plus importante variété de pomelo, très vigoureuse et très productive
  • Redblush: Ruby, variété asperme, très pigmentée dans les climats chauds
  • Shambar : Plus précoce et plus colorée que Redblush

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut